Du vin orange ? Mais attendez. Ce n’est pas du JUS D’ORANGE ?! Non mais sérieux. Je suis perdu… 🙁

UN VIN ANCIEN REVISITE

Alors que ce vin d’une autre couleur (pas rouge, ni blanc, rosé ou même jaune, mais bien orange !) prend de plus en plus de place sur nos tables de restaurants ainsi qu’aux comptoirs des bars à vins “tendances” (ou même “hipsters”), il est étonnant d’apprendre que la production de vin orange est bel et bien une tradition ancestrale !

Difficile à croire ! Alors que des vinificateurs italiens puis français l’ont remis au goût du jour à partir des années 90, ce vin tire son origine des méthodes antiques de vinification employées dans la région du Caucase (quelques millénaires av. J-C…). Celles-ci consistaient à faire macérer les jus des raisins blancs pendant un temps relativement long dans des amphores.

Aujourd’hui, on le trouve donc en Géorgie (son lieu de naissance), mais également en Europe, essentiellement en Slovénie et en Italie du Nord. Les vignerons français commencent timidement la production de vin orange. Cette tendance semble s’affirmer d’années en années.

UNE METHODE DE VINIFICATION ENTRE ROUGE ET BLANC

Pour faire simple, les producteurs de vin orange vinifient un vin blanc de la même façon qu’un vin rouge. Comme celui des raisins noirs, le jus des raisins blancs fermente avec la peau et parfois même les pépins et les rafles (les tiges de la grappe de raisin). Tout ce mélange contient alors beaucoup de tanins. Ce qui donne au vin orange sa belle couleur ambrée et sa multitude d’arômes, lui permettant d’éveiller tous vos sens !

LE VIN ORANGE, PLUS COMPLEXE QU’IL N’Y PARAIT

Eh non ! Le vin orange n’est pas qu’une tendance lancée afin de rendre heureux les consommateurs les plus curieux. Il possède des qualités qui le distinguent des autres vins plus communs. En effet, son processus particulier de vinification lui confère une structure et des caractéristiques aromatiques uniques.  On a des notes végétales que l’on ne peut pas retrouver dans un vin blanc en raison de l’élimination des parties solides de la grappe. L’amplitude de sa palette d’arômes lui permet d’ailleurs d’être considéré comme un « vin de repas ». Sa complexité lui permet d’être associé avec beaucoup de saveurs et d’être donc consommé à toutes les étapes d’un bon repas.
A servir à une température moins basse que les vins blancs mais plus fraîche que les vins rouges. Il se mariera aussi bien avec une viande qu’un poisson. Ses notes épicées et iodées lui permettent de s’accorder à merveille avec des plats différents des plats italiens ou des plats d’automne. Aussi, en contrebalançant  par exemple, la note sucrée des légumes anciens (courges, panais…) et des viandes caramélisées.

C’est pour cette raison que les restaurateurs se sont récemment approprié le vin orange. Le but : créer de nouveaux et étonnants accords mets/vin pour mettre en valeur leurs délicieux petits plats !

LBG

 

%d blogueurs aiment cette page :