« On se fie volontiers au rosé clair, qu’on imagine plus léger » Micaël Morais.

Le vin rosé est-il vraiment meilleur lorsqu’il est plus clair ?

Sauf que ce n’est pas vrai. Pour bien choisir, il faut le faire avec l’étiquette (en regardant non les dessins mais les informations !)Devant les rayons, beaucoup arrêtent leur choix sur un rosé clair – une valeur sure – pour nombres de personnes. En cette fin d’été en partageant notre « expérience rosé » nous pouvons aisément conclure que ce n’est pas la couleur du rosé qui divise nos jugements mais bien plus de critères pour se mettre d’accord sur sa qualité.

D’où vient la couleur ?

C’est la peau du raisin qui donne la couleur au vin. Les raisins utilisés pour faire du rosé sont à peau noire et à jus blanc. Un rosé est donc clair ou foncé en fonction de la technique de vinification utilisée lors de sa production. Il existe aujourd’hui deux techniques possibles (et ce n’est pas un mélange de rouge et de blanc !) :

  1. Les vins rosés foncés sont produits en faisant macérer les raisins entre 24 et 48h. Ces vins se rapprochent du vin rouge car ils sont foncés et relativement lourds. Nous les appelons les « rosés de saignée ».
  2. Les vins rosés clairs sont réalisés grâce à une méthode de pressurage. Les grappes sont pressées juste après la vendange. Les raisins n’ont donc pas le temps de macérer. Les vins réalisés grâce à la méthode du pressurage ont une robe plus claire que les autres rosés.

 Les petits trucs et astuces à connaître, de l’équipe Le Bon Gustave 

  • Le boire jeune : Avec le temps les vins se bonifient, certes, mais pas le rosé. Alors n’attendez plus un an ou deux ans avant de les consommer. Le millésime de l’année passée est le plus souvent celui qu’il faut choisir.
  • Le boire frais : Toujours avoir un bac de glaçons au frigo. C’est la règle. En arrivant chez les amis, un petit tour au frais ça n’a jamais fait de mal à personne.
  • Ne pas le payer trop cher : Rassurez-vous, pas besoin de casser la tirelire pour ce vin. Le prix n’est pas gage de qualité. Les rosés de Provence sont les plus chers et c’est bien dans cette région que la production est la plus importante mais attention.
  • Vérifier l’étiquette: Les classifications sont très importantes dans le vin : A.O.C – Vin de pays – Vin de table

Ces classifications renseignent sur le niveau de qualité des vins rosés. L’A.O.C étant la plus stricte, elle est la plus fiable de toutes. Le Bon Gustave vous recommande de choisir vos rosés en lisant les informations de son étiquette 😉

Maintenant épatez vos amis et mettez tout le monde d’accord grâce à une dégustation à l’aveugle autour des rosés clairs et des foncés !

%d blogueurs aiment cette page :